Contact Presse
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

3 au 6 avril 2017 : Mission GPE – le sénateur Claude Raynal, membre du GPE, s’est rendu à la 23ème édition "Space Symposium" à Colorado Spring .

Le sénateur Claude Raynal s’est rendu, dans le cadre d’une mission GPE et à l’invitation du Space Symposium , au 23ème Space Symposium à Colorado Spring. Au cours de la mission , le sénateur Raynal a pu s’entretenir avec son collègue allemand, le député Klaus Peter Willsh , président du PGLR au Bundestag ainsi qu’avec la Commissaire européenne chargée de l’industrie, madame Elzbieta Bienkowska. Le sénateur a pu également participer au petit déjeuner-débat organisé par le CNES dans le cadre du space symposium.

Compte rendu

Un symposium 2017 toujours très orienté militaire, où l’ensemble des participants français ont accueilli très favorablement la présence d’un parlementaire français à leurs côtés.

1. Sur le New Space  :
Il n’y a pas eu de grandes annonces comme celles de l’an dernier ; cependant Jeff Bezos a fait une conférence de presse présentant la capsule Blue Origin et rappelant à l’auditoire l’objectif des vols touristiques suborbitaux d’ici la fin de 2018 (utilisation des moteurs BE4 qui pourraient être retenus par United launch Alliance (ULA) pour la fusée Vulcan).

Pour sa part, la Vice-Présidente de Space X Guyane Shokwall a montré les images du lancement et du retour à sa base d’une fusée Falcon 9 réutilisée, en se fixant maintenant l’objectif d’un délai de 24 heures pour la rendre réutilisable, et en indiquant que le coût d’une fusée était moitié moins cher que celui d’une fusée neuve. Elle a également confirmé que Space X s’interrogeait sur l’intérêt de récupérer les coiffes dont chaque moitié coute $6M.
Les constellations de satellites n’ont pas été abordées lors des conférences générales.

2. Sur le développement des capacités spatiales comme outil de souveraineté  :
Il est à noter la position unanime des dirigeants des agences spatiales présentes, le Mexique résumant la position générale avec ses 3S – Science/Savoirs/Sécurité. La Corée du Sud, qui ne dispose pas d’une agence, s’est aussi inscrite sur ce thème.

3. L’innovation technologique :
Il est à noter la présentation de Space X, qui s’appuyant sur le discours type s’agissant des nouvelles frontières : « personne ne croyait à des lanceurs réutilisables. On l’a fait. Personne ne croit que nous pouvons rénover des lanceurs en 24 heures. On le fera » a beaucoup marqué l’auditoire, principalement américain. Un discours offensif qui a marqué les auditeurs.

S’agissant des satellites à propulsion électrique, le sujet n’a été abordé que lors de réunions thématiques. Par ailleurs, les projets martiens et pour ce faire la nécessité de développer des lanceurs plus puissants permettant d’emporter plus de 5 fois la charge maximale actuelle, ont longuement été discutés en assemblée générale, cependant, sans avancées notoires à ce stade.

4. Sur les programmes d’exploration spatiale :
A la suite des entretiens, il semblerait que le programme « Astéroïdes » ne soit plus, en l’état, une priorité. Les acteurs principaux de l’espace se sont plutôt prononcés pour le projet « Mars », avec des propos clairs des US et de l’Italie notamment.
Mais pour beaucoup, dont notamment la Chine et la Russie, l’idée de l’ESA d’un « moon village » est plus séduisante, certains la considérant comme une étape absolument nécessaire préalablement à toute mission sur Mars. Mars reste l’objectif ultime, mais des missions sur la lune semblent pouvoir avoir lieu avant.
La NASA a été prudente dans sa vision à moyen terme, considérant qu’il y avait lieu de confronter leurs objectifs et ceux de la nouvelle administration. Par ailleurs, Jean Yves Le Gall a indiqué que les programmes CNES/NASA ne seraient pas impactés, s’agissant de deux programmes considérés comme majeurs par les américains : la surveillance des océans et la montée des eaux d’une part, le programme sur Mars d’autre part.

5. Sur les priorités du DOD :
Le chef du commandement « espace » de l’Air Force a mis l’accent sur des unités opérationnelles. Il a fait part du renforcement de ses équipes de haut niveau, et jugé que les US avaient encore des progrès à faire en matière de « Space Capabilities » pour être parfaitement prêts en cas de conflits. De même, il a mis l’accent sur la collaboration nécessaire entre le DOD, les compagnies travaillant sur le Big data et les services de renseignement pour mieux sécuriser l’espace.

Dossier
Recherche par tag :
Agenda
Accueil | Mentions légales | Crédits | Plan du site | Flux RSS